Année
2013
Ressource externe
http://on-the-move.org/file...

 

Cette étude a été menée par On the Move suite à une demande de Nantes qui assure la présidence du groupe de travail EUROCITIES sur la mobilité des artistes.

 

Elle analyse les politiques et les actions mises en œuvre par de grandes villes européennes pour soutenir la mobilité des artistes principalement.

L’étude souligne certaines conclusions principales:

1. Les difficultés rencontrées durant l’étude proviennent de la « diversité » intrinsèque des formes et des soutiens à la mobilité culturelle ainsi que du manque de données quantitatives précises concernant les budgets que consacrent les villes à ce soutien.

2. Les motivations des villes à soutenir la mobilité culturelle résident dans l'importance croissante de la culture et de la mobilité culturelle dans les politiques internationales.

3. Le soutien à la mobilité culturelle semble se concentrer sur les artistes plutôt que sur d'autres professionnels de la culture.

4. Le financement public est souvent alloué à des organisations culturelles locales responsables de programmes ou de projets de mobilité, parfois en parallèle avec des fonds de mobilité spécifiques ou des programmes directement gérés par la ville en collaboration avec diverses parties prenantes aux niveaux local, national et international. Les fonds que les villes consacrent à la mobilité ne semblent pas avoir été affectés par le ralentissement économique. Cependant, le manque de données précises sur ces budgets ne permet pas une analyse quantitative précise.

5. En termes de couverture des zones géographiques, le soutien à la mobilité se concentre principalement sur l'Europe (UE et hors UE). Toutefois, les villes qui ont répondu manifestent un intérêt croissant à l’égard des pays émergents, notamment en Asie et en Amérique Latine, tandis que les pays du Maghreb et du Moyen-Orient sont sous-représentés dans les tendances actuelles et les stratégies futures.

6. Pour communiquer sur les opportunités qui s’offrent aux artistes et aux professionnels de la culture, les villes ont largement recours à Internet et organisent également des rencontres et des séances d'information spécifiques. Les artistes et les opérateurs culturels locaux sont généralement aiguillés vers d'autres sources d'information pour ce qui est des aspects administratifs et pratiques (par exemple, les procédures de visa).

7. L'évaluation des programmes de mobilité semble difficile et n’est pas systématique, notamment pour des raisons budgétaires et de temps. La réelle valeur ajoutée des actions mises en place par les villes, par rapport à celles développées par les institutions internationales, nationales et européennes, réside dans le lien direct qu’elles entretiennent avec les artistes et les organismes qu’elles soutiennent.

Les recommandations finales sont principalement adressées aux villes et visent à favoriser une meilleure intégration entre les actions des villes et les principes applicables aux niveaux européen et national, tout en tenant compte du potentiel de relations directes et étroites dont disposent les villes avec des forces créatives qui opèrent sur leur territoire.


Fédération Wallonie-Bruxelles
Creative Europe